Pauline Le Pichon est née en 1988, dans la métropole lilloise. Son intérêt pour l’image apparaît lorsqu’elle découvre les nombreux blogs consacrés à la photographie à la fin des années 2000. Avec son premier appareil, elle réalise de nombreuses images mais c’est en 2009, lors de son entrée à l’École Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes, qu’elle découvre réellement le domaine qui lui convient : la mise en scène photographique.
À l'heure actuelle, son travail se divise en deux parties : les photographies artistique et les photographies de mode.
« Intime intranquille » est le terme le plus approprié pour définir ses photographies artistiques. Il a été inspiré par le livre de Fernando Pessoa, intitulé Le livre de l’intranquillité (publié en 1982). Dans sa production, Pauline souhaite représenter le quotidien, l’ordinaire, la dimension entre intimité et extimité et entre fiction et réalité. Pour cela elle interroge l’exposition de soi et celle des autres.
Les figures solitaires et pensives constituent également un sujet qui l’inspire et qu’elle dépeint : c’est-à-dire des personnes seules dans une société collective.Cela peut être lié à l’intimité que Pauline veut uniquement partager avec les modèles pendant la prise de vues et aussi à l’intimité qu’elle crée au sein de ses photographies.
Si ses photographies de mode sont bien visuellement distinctes de ses photographies artistiques, Pauline reconnaît volontiers les deux liens qui les unissent : l’appropriation des codes de la photographie et l’influence incontestable de nombreux artistes dans son travail. En effet, on peut y observer l’influence d’artistes comme Gregory Crewdson, Erwin Olaf, Edward Hopper, Steven Meisel ou encore Peter Lindberg.
Back to Top